Arts martiaux stages idf forum.com

arts martiaux self défense idf forum

Bienvenue

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Systema

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 21:04


Le Systema


Le Systema est un art martial russe dont l’efficacité repose sur des principes simples : respiration, décontraction, posture, mouvement continu et unifié, sensibilité et connexion avec son(ses) partenaire(s). Sans technique, le Systema s’appuie sur la biomécanique pour générer un maximum d’efficacité avec un minimum d’énergie. Son style libre et naturel s’adapte à chacun. Sa pédagogie ludique basée sur le plaisir, la bienveillance et la créativité permet une progression rapide. Ancré dans une profonde compréhension de la nature humaine, le Systema est un art martial unique, subtil et sans limites qui permet de mieux se connaître, améliorer sa santé, gérer son stress et ses émotions, affronter ses peurs et découvrir son potentiel : un voyage identitaire qui passe par l’autre et permet de grandir dans l’unité intérieure, la confiance et la liberté.

Global Systema se présente comme un club de Systema qui transmet les principes enseignés par Vladimir Vasiliev et Michael Ryabko.

_________________________________________________________


" Au Systema, il n’y a rien à apprendre mais tout à découvrir, rien à comprendre mais tout à expérimenter, rien à attendre mais tout à obtenir." JM (Jean-Marie Frécon)

" La douceur triomphe de la dureté et de la force, la souplesse surpasse la rigidité.
C’est l’art de la maitrise fondée sur l’adaptation." Lao Tseu

_________________________________________________________



Histoire et aspects philosophiques du Systema



Le Systema est un art martial russe profondément enraciné dans les traditions chrétiennes orthodoxes dont les premières traces remontent au Xème siècle.
Tout au long de son histoire, la Russie a dû faire face à une multitude d’envahisseurs. Chaque agresseur utilisait des types d’armes et des stratégies différentes. Les batailles se déroulaient sur des terrains très variés et les combattants russes, souvent en infériorité numérique, devaient s’adapter à des conditions climatiques rudes, de la rigueur de l’hiver à la chaleur étouffante de l’été. Ils adoptèrent donc un style de combat alliant la force mentale à des tactiques innovantes, performantes et polyvalentes.
A la fois pratiques et mortelles, celles-ci permettaient d’affronter n’importe quel ennemi dans n’importe quelle situation. Basées sur les réactions instinctives, les forces et les caractéristiques de chacun, elles permettaient un apprentissage rapide. Le style était libre et naturel, sans règle stricte, sans structure rigide, sans limites autres que morales. L’entraînement était aussi conçu pour éviter les blessures, les soigner et comprenait un éventail d’exercices physiques permettant d'améliorer la santé et d’augmenter la force et la vitalité.
Lors de l’avènement du communisme en 1917, toutes les traditions nationales furent supprimées. La pratique de ce style de combat fut interdit et sévèrement réprimé. Classé secret défense, il fut adapté aux nouveaux besoins du pouvoir en place et fut réservé à la police secrète, aux Forces Spéciales et aux gardes du corps de Staline, appelés « les Faucons de Staline. »
Durant les 74 années d’existence de l’Union Soviétique, ces Unités d’Elite mirent au point un système qui combinait les aspects les plus efficaces du système russe traditionnel sur les trois niveaux des compétences humaines : le physique, le psychologique et le psychique. Ils développèrent donc d’innombrables frappes, clés, coups de pied et désarmements, en insistant sur la sensibilité kinesthésique et la conscience psychophysiologique au moyen d’exercices biomécaniques. L’approche était basée sur le fonctionnement du corps humain, sa biomécanique et ses réflexes naturels. Il s’agissait d’utiliser un minimum d'énergie pour générer un maximum d’efficacité. Le plus important était surtout de développer des tactiques ne ressemblant en rien à des actions martiales. Lorsqu’elles étaient utilisées, il devait être pratiquement impossible de voir et de comprendre ce qui s’était passé.
Avec la dissolution de l’URSS en 1991, le Systema redevint accessible à tous. Mikhail Ryabko, colonel chez les Spetsnaz et son élève Vladimir Vasiliev, ancien capitaine de l'armée, revendiquèrent la paternité d’un nouveau style de Systema, moderne et fascinant, enrichi de leurs expériences personnelles et bénéficiant de toute la recherche scientifique qui avait eu lieu autour du combat au corps à corps pendant la guerre froide.
Entraîné par l’un des Faucons de Staline depuis l’âge de 5 ans et engagé dans les force spéciales russes à l’âge de 15 ans, Ryabko n’a pas seulement reçu les secrets du Systema. L’application de ses principes au combat fut son quotidien durant de nombreuses années. Le Systema qu’il enseigne n’est donc pas l’ombre de traditions ancestrales, c’est un art vivant et efficace utilisé encore aujourd’hui par plusieurs troupes d’élite.
Le Systema est beaucoup plus qu’un style de combat. L’étude et la pratique de cette discipline développe un système complet de respiration physique et spirituelle qui permet la relaxation et le courage face à toutes les formes d’adversité.
Mikhail Ryabko a l’habitude de dire aux débutants « Sois une bonne personne et le reste viendra à toi ». Le Systema, qui puise ses racines dans la foi chrétienne, est basé sur la croyance que tout ce qui nous arrive, bon ou mauvais, nous permet de savoir qui l’on est et comment se comporter. Cela implique une philosophie de vie basée sur la paix et le respect.
Le but de cette discipline n’est donc pas simplement de se préparer à affronter la violence, c’est aussi de renforcer son mental, d’avoir une meilleure santé, un corps plus souple, d’être plus détendu, de vivre une vie harmonieuse et dans la paix.
Un autre nom du Systema est « poznai sebia » ce qui signifie « Connais toi, toi-même ». Se connaître soi-même, c’est connaître ses forces et ses faiblesses, c’est découvrir les barrières liées à ses propres peurs, c’est mesurer la pleine étendue de ses limites, c’est réaliser à quel point l’on est à la fois fragile et plein d’orgueil. En développant son potentiel physique, psychologique et spirituel, le Systema aide le pratiquant à devenir un être libre et humble, l’humilité étant la qualité ultime développée par la pratique du Systema. L’entraînement permet à chacun de voir son ego, de découvrir ses fragilités et lui apprend comment les vaincre. Une personne humble qui dévoue sa vie à combattre le mal enraciné dans son cœur et qui demande constamment à Dieu de l’aider, recevra en retour de sa persévérance et de son humilité, le don merveilleux de la paix intérieure, de la joie et la gratitude pour tout ce qui lui arrive.
Si l’humilité envahit tout son être, il n’y a plus de place pour l’orgueil, l’agression, la vanité, la cupidité et l’envie. Son esprit est toujours en Dieu. Il peut choisir de combattre pour une noble cause, sans peur, avec calme et courage, en créant toujours le moindre dommage possible à ses adversaires.


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 21:17

Le Systema par son fondateur Mikhail Ryabko

Mikhail Ryabko
Colonel de l'Unité des opérations spéciales de l'armée russe, instructeur en chef de la formation tactique de l'équipe d'intervention d'urgence, conseiller auprès du Juge suprême de la Fédération de Russie.
Mikhail Ryabko a été formé dès l'âge de cinq par l'un des gardes du corps personnel de Staline, et a intégré les Spetsnaz (Forces Spéciales) dès l'âge de quinze ans. Il a été un commandant tactique des équipes de sauvetage d'otages, les opérations anti-terroristes. Mikhail réside à Moscou, il détient le grade de colonel et sert de conseiller spécial auprès du Juge suprême de la Fédération de Russie. Il continue de former ses élèves en tant que Maître de Systema. Il est l'auteur d'un manuel sur la tactique des opérations spéciales. Il a participé à de nombreuses campagnes militaires et gouvernementales détient médailles nombreux prix et distinctions.




« Qu’est-ce que le Systema ?

Le Systema est avant tout un ensemble d’exercices et de mouvements physiques qui permettent d’améliorer la santé. La plupart des gens ne bougent pas suffisamment dans leur vie quotidienne, ils passent la plupart du temps assis au volant de leur voiture ou derrière l’écran de leur ordinateur. Certains exercices ont pour but spécifique de réduire le stress psychologique et physique ainsi que d’améliorer la santé des gens qui les pratiquent.
Le Systema enseigne également aux gens à agir correctement en cas de situation critique ou de danger extrême et ce, grâce à des exercices respiratoires, la psychologie, le travail sur les peurs, en les réduisant ou en les éliminant. Le Systema, c’est la vie ; c’est un système de vie.


Quel est le but du Systema ?

Le Systema est comme une boîte à outils qui permet au gens d’atteindre leurs objectifs, de se comprendre eux-mêmes et de découvrir certaines capacités et talents dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence. Mais plus que tout, le Systema permet d’atteindre un état de santé parfait.
La fondation du Systema, c’est la vie. Il s’appuie sur des principes dont les gens ont besoin, son approche peut être appliquée à de nombreuses situations et peut permettre de résoudre des problèmes divers et variés. Par exemple, si des gens ont de l’asthme ou certains problèmes respiratoires, nous proposons certains exercices spécifiques destinés à améliorer ou résoudre ce problème. Quel que soit l’état de santé de la personne, je pense qu’une respiration correcte générera une amélioration et aura un effet sur son système immunitaire.


Quels sont les principes de base du Systema ?

La respiration est le principe le plus important et qui sous-tend tous les autres. Quand vous êtes calme, vous respirez ; quand vous dormez, vous respirez. Quand vous marchez, courez, quand vous est anxieux à propos de quelque chose ou que vous avez peur ou bien si vous ressentez de la douleur ou souffrez d’une maladie, votre respiration sera différente pour chacune de ces situations.
Par la respiration, vous pouvez faire vraiment beaucoup de choses, ralentir votre rythme cardiaque ou l’augmenter, réguler votre pression sanguine, la diminuer ou l’augmenter, uniquement en écoutant votre cœur et par la respiration. Tout est connecté. Le Systema est une science à part entière qu’on ne peut pas expliquer en quelques lignes.


Comment un coup peut il être bienveillant ?

Il y a différents types de coups. Certains créent des tensions et abîment alors que d’autres relaxent. Il existe également différents types de tensions : tension psychologique, tension physique qui correspond à des muscles tendus, mais également tension interne à l’intérieur du corps, tension des organes. Certains coups sont donnés pour supprimer ou réduire ces tensions. Très spécifiques, ils réchauffent la personne qui les reçoit. Celui-ci sent sa circulation sanguine augmenter, ressent une sensation de chaleur et ses tensions disparaissent.


De quoi dépend la progression en Systema ?

En premier lieu, de la capacité à comprendre et à prendre des décisions rapidement, ensuite de l’habilité à se débarrasser du stress et des tensions excessives pour se sentir confortable. Il faut bien évidemment apprendre à respirer correctement. Tout le reste est additionnel, les capacités spécifiques s’appliquent plus tard.


Souvent les gens qui pratiquent le Systema deviennent meilleurs, pourquoi ?

La personne commence à comprendre qu’un être humain normal a peur des coups ou peut se sentir irrité lorsqu’il en reçoit. Ensuite elle se débarrasse de ses peurs, expérimente la sensation de recevoir un coup et son utilité et même, elle en redemande ! De plus, quand vous ressentez en vous la douleur liée à un coup, vous ne voulez pas faire subir la même chose à quelqu’un d’autre parce que vous savez que ça va faire mal. Ca rend meilleur parce que le fait de ressentir la douleur des autres permet de ressentir une réelle empathie pour eux.
De nombreux arts martiaux qui possèdent les coups dans leur répertoire sont basés sur l’agression.
Ils frappent d’abord et voient ensuite ce qui se passe. Au Systema, vous apprenez d’abord à recevoir des coups. Ainsi, vous ressentez de l’intérieur ce qui se passe vraiment avec l’expérience de tout votre corps. Une chose est de donner un coup et de voir quelqu’un tomber après l’avoir frappé sans savoir ce qui se passe en lui ou quel dégât votre coup a occasionné ; une autre chose est de recevoir un coup et de pouvoir analyser en détail, étape par étape, ce qui se passe à l’intérieur de vous.


Quel est le rôle de la douleur dans le Systema ?

La douleur est une clé qui permet d’ouvrir une porte et de percevoir la vie. Lorsqu’une personne naît, elle expérimente la douleur, tout comme une mère pendant l’accouchement. La peur de la douleur est motivante, elle aide les gens à bouger et prendre des décisions. Certaines actions peuvent être stoppées par le contrôle de la peur. La douleur joue donc un rôle important dans la vie de chacun, c’est une expérience intéressante.


Pourquoi un coup est-il plus puissant en étant détendu qu’en étant tendu ?

Les autres arts martiaux donnent des coups, nous faisons autre chose. Ce que nous faisons est différent de tout le reste.


Pourquoi une telle différence entre ce qu’on voit sur les vidéos et la pratique du Systema ?

Certains des signaux sensoriels sont reçus par les yeux, mais il existe aussi une grande majorité de perceptions internes qui ne sont pas visuelles. Lorsque vous avez quelqu’un en face de vous, ce que vous recevez est véhiculé avec une intensité plus profonde car vous pouvez vivre des sensations internes. Les gens assis sur leur canapé en train de regarder un dvd ne peuvent que voir.


Je vous ai vu endormir des gens !

C’est exact, il n’y a rien de surprenant ni de surnaturel là-dedans. C’est juste une question de feeling et de connexion avec les autres. Des millions de parents à travers le monde endorment leurs enfants tous les soirs et ça n’étonne personne.

Mais pour beaucoup de parents, ça prend du temps parfois !

Bien sûr. Les gens ou les enfants peuvent être surexcités mais il y a aussi des façons sûres de calmer les enfants. On sait qu’en les berçant et en les cajolant, on sait que ça va les calmer. Vous commencez par respirer vite et fort... puis vous ralentissez… ça les calme… (rires)…et comme toi maintenant, les gens s’endorment. (ndlr : en effet, je commençais à m’assoupir !) »

Benoît Caire – Jean-Marie Frécon


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 21:22

Les principes du Systema (par J.Williams)


Pas de techniques

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles le Systema n’enseigne aucune technique. Le cœur du Systema fonctionne comme une porte qui s’ouvre vers un monde plus complet. Les techniques ne définissent pas l’art car en fait elles n’en font pas partie.
Développer un éventail de techniques toutes faites revient à créer une boite à outils. Or, une très grosse boite reste toujours une boite, de même qu’une longue chaîne est encore une chaîne. Le nombre de vos techniques restera fini alors que la variété des problèmes potentiels est infinie ; votre capacité à résoudre les problèmes et à percevoir la solution la plus efficace sera limitée. En vous attaquant, votre agresseur apporte la solution à son attaque. Si vous êtes décontracté et à l’écoute, vous saurez comment réagir.
Pour pratiquer le Systema, votre corps et votre esprit doivent être libres. Lorsque l’on dit à Vladimir Vasiliev « Vous êtes très souple », il répond « Non, je suis libre ». Cette vraie liberté, ce renoncement à l’ego vient du fait que le Systema s’adapte à l’individu au lieu de demander à l’individu de s’adapter à lui. Ainsi, l’expression du Systema sera différente pour chacun. Comme l’apprentissage de la peinture, ce que vous exprimerez sera totalement personnel.
Basé sur le côté inattendu d’une agression ou d’une attaque, le Systema ne propose pas d’entraînement fixe ou de combinaisons de mouvements. Le Systema n’enseigne pas de positions de combat mais apprend à se battre dans toutes les positions. Il insiste sur la décontraction et sur le fait de ralentir les mouvements plutôt que les accélérer, il vous autorise à frapper dans des angles étranges, à sourire au combat au lieu d’adopter un visage féroce et crispé.

L’importance de la respiration
Au Systema, la bonne utilisation de la respiration n’est pas accessoire, c’est la clé de voûte de l’entraînement. Le souffle est la première énergie, c’est le principe de vie qui préside à l’énergie de tout le corps, c’est la puissance de l’énergie séminale. Sans elle arrive la mort et avec elle se développe la vie. Comme dit Ryabko. « Vous êtes né en inspirant, vous mourrez en soufflant, entre les deux se trouve votre vie ». Vous devez donc être en harmonie avec votre respiration. En l’utilisant de façon appropriée, vous pourrez réaliser des choses qui vous semblaient impossibles au premier abord.

Travailler à vitesse réduite
Si l’apprentissage et la pratique de mouvements physiques est la partie apparente du Systema, la partie cachée de cet art se découvre en s’entraînant à vitesse réduite. Vous élargissez alors votre champ de conscience en ayant accès à une perception et une compréhension sans limites. Rentrer dans le flux du combat à vitesse lente éveille la sensibilité et la conscience à son niveau le plus haut. Vous commencez à percevoir le mouvement, la distance et les différentes options autrement que par les yeux et votre domaine des possibles s’élargit. Un autre bénéfice de l’entraînement à vitesse lente est la sensation d’être dans le flux de l’Ici et Maintenant. Vous découvrez exactement à quel endroit vous êtes tendu, où la peur se terre en vous.
La structure du Systema est volontairement conçue pour apparaître déstructurée et la vitesse d’exécution, bien que paraissant lente à l’œil nu est en fait parfaitement adaptée à l’action en cours. Cette lenteur trompeuse est due au fait que le pratiquant reste calme.

Etre décontracté
L’esprit est le reflet du corps physique. La peur produit la rigidité, la confiance engendre la fluidité. Ce prétendu réflexe qui vous fait sursauter lorsque vous êtes surpris ou effrayé est destructeur. Il bloque la respiration et provoque une tension du corps et une contraction des muscles. Souvent, les gens saouls sortent de situations traumatisantes en relativement bon état car ils n’ont pas eu suffisamment peur pour s’endommager eux-mêmes en luttant contre l’énergie cinétique. La vérité, c’est que nous nous blessons nous-même. Par peur, nous luttons pour l’espace de façon inconsciente. Pourquoi s’opposer aux vecteurs forces ? L’espace dans lequel nous évoluons à chaque instant ne nous appartient pas.
En vous libérant de vos peurs et en étant totalement relâchés et dans le souffle, votre corps se protégera lui-même en bougeant naturellement. Un corps souple peut recevoir un stress beaucoup plus important qu’un corps rendu rigide par la peur. Des cotes flexibles absorberont l’impact des coups alors que si les muscles sont tendus, les côtes se briseront sous le choc avec une perforation potentielle du poumon : notre propre résistance devient notre professeur. L’univers à été créé pour nous enseigner. Si nous transmettons la douleur, nous obtenons de la douleur ; si nous semons la peur, nous récoltons la peur ; si nous donnons de l’amour, nous obtenons de l’amour. Nous récoltons ce que nous semons. Si Ryabko et Vasiliev ont un tel impact positif autour d’eux, ce n’est pas seulement à cause de leurs compétences, c’est aussi à cause leur intégrité personnelle.

Vivre le moment présent
S’ancrer dans le moment présent, c’est accepter les choses comme elles sont sans porter de jugement. C’est aussi libérateur que difficile car les peurs nous maintiennent émotionnellement et physiquement dans la tension et nous propulsent dans un monde parallèle où l’irréel et le fantasme paraissent plus importants que la réalité. Or, chaque moment qui nous est donné est exactement ce qu’il doit être car il répond à la Loi Universelle. Penser qu’il doit être différent signifie refuser la réalité. Un élément clé du Systema est de cesser de lutter pour l’espace en apprenant à nous mélanger et nous couler dans les forces et les énergies qui nous entourent. L’ego se déplace constamment entre la mémoire du passé et l’anticipation du futur ; aucun de ces états n’est réel. Vivre pleinement l’état présent, c’est comprendre qu’accomplir la volonté de Dieu nous conduit vers des possibilité infinies.

Utiliser l’énergie
Le Sytema ne cherche pas à contrôler le chaos du combat. De même que le surfer enfourche la vague sans s’opposer à elle et utilise son énergie sans chercher à la contrôler, vous pouvez vous-aussi vous mélanger avec les forces qui vous traversent. Vous ne les créez pas mais en renonçant à votre ego, vous pouvez les utiliser. Plus vous êtes détendu, plus vous prenez conscience de ces énergies en vous. N’essayez pas de les accumuler en vous ; elles sont partout car elle font partie intégrante de l’Univers.
L’énergie coule en vagues comme le sang dans votre corps. Vous pouvez utiliser ces vagues pour garder votre équilibre, absorber les coups ou retourner l‘énergie à sa source c’est à dire à l’agresseur.
Ce phénomène d’énergie rétrograde signifie que l’attaquant repart avec ce qu’il vous a donné. C’est comme s’il lançait une balle en caoutchouc de toutes ses forces contre un mur solide. Celle-ci rebondit immédiatement vers lui avant même qu’il ne puisse l’éviter. De la même façon, votre corps peut renvoyer l’énergie si vous la laissez circuler. Les vecteurs forces générés sont alors très difficiles voir impossibles à éviter pour l’attaquant.

Etre en harmonie avec l’autre
Les dons du Systema sont gratuits et nombreux. Plus vous serez en harmonie avec les lois de l’Univers, plus l’Univers vous sera accessible. C’est comme une feuille emportée par le vent. Elle ne va ni plus vite ni plus lentement.
Lorsque vous vous entraînez, dirigez votre regard au niveau du plexus de votre partenaire avec une vision périphérique. Comme on écoute une symphonie avec tout son être, soyez en totale harmonie avec le flux du mouvement. N’essayez pas de lutter ou de résister, déplacez-vous seulement.
Au Systema, on recherche un état de conscience où la pensée ne s’oppose pas à l’inconscient, où la vie est . en harmonie avec les lois cosmiques, où la peur n’existe pas : une vie dans laquelle l’homme est libre et rempli d’amour.


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 21:27

L’importance de la respiration par M.Ryabko


Beaucoup de personnes à l'entraînement se concentrent sur le combat et le sparring. J'ai remarqué que cela s'applique particulièrement aux occidentaux et nous les appelons parfois les « Rambos ». Mais ces aspects de l'entraînement sont en fait les plus faciles à maîtriser. Ce qui requiert plus de travail et d'attention, ce sont les fondations qui permettent à ces techniques de combat de fonctionner. Ces exercices et ces compétences fondamentales doivent être perfectionnées pas seulement pour faire de vous un combattant hors pair, mais une personne meilleure, plus calme et en meilleure santé.

La chose sur laquelle je souhaite le plus insister, c’est la respiration. Les gens ont besoin de comprendre que respirer est vraiment un miracle. On qualifie de miracle la naissance, la vue et d'autres expériences humaines. Mais la respiration est la base de toute vie et de tous ses autres miracles. Ce n'est pas une coïncidence si toutes les cultures ont des proverbes tels que « mettre un souffle de vie dans » quelque chose. C'est probablement le don le plus inaperçu et considéré comme acquis par le plus grand nombre.

Certains arts martiaux et des programmes d'entraînements sportifs vont enseigner aux gens comment respirer. Mais ces applications fonctionnent au niveau le plus rudimentaire de la conscience. Ils vous enseignent juste à respirer pour la performance. Ils ont déterminé qu'il est impossible de faire une performance sans respirer, et qu'en maîtrisant sa respiration, on parvient à améliorer considérablement ses performances. L'étape suivante, c’est prendre conscience de sa respiration comme dans les méditations orientales telles que le yoga et autres. Ces pratiquants ont maîtrise le contrôle de la respiration mais seulement en position statique. La respiration devient le moyen de contrôler l'esprit. Mais qu'en est-il du corps ? Le Systema requiert un autre niveau pour être accompli pleinement. Il faut atteindre le degré des maîtres de méditation orientale mais dans le but d'obtenir un corps performant, fonctionnel et un esprit alerte. Beaucoup trop d'exercices sont dirigés sans l'attention appropriée à la respiration. En entraînant des Américains lors d’un camp d’été, nous avons commencé chaque matin par une demi heure de roulade lente sur le sol. Les rotations sont relaxes et ralenties par la concentration sur la respiration. Le souffle doit pénétrer par votre nez et sortir par la bouche. Vous devez diffuser votre souffle jusqu'à vos orteils. Si vous résistez avec votre souffle, votre corps va se durcir et se blessera plus facilement.

La plupart des combats entre professionnels ne consiste pas à se fracasser mutuellement, mais à s'éviter en posant des coups. Le vainqueur est celui qui respire le mieux. Même au plus haut niveau professionnel, il y a peu de coups qui portent. Et parmi ces coups, quels sont ceux qui ont de véritables conséquences ? Dans un combat en douze rounds, vous pouvez compter sur les doigts d'une main les coups consistants. En vrai combat, c'est la chose la plus importante à comprendre : Respirer peut vous sauver la vie et vous sauvera la vie.

Un autre aspect de la respiration est le bénéfice sur vos muscles. Vous devez continuer à respirer profondément pour dissoudre l'acide lactique crée par l'effort musculaire. En Systema, nous focalisons notre respiration sur l'énorme réseau de nerfs et de vaisseaux sanguins de notre poitrine. C'est la source de notre énergie. Parfois, nous relocalisons notre souffle sur l'abdomen par exemple comme dans les styles asiatiques. C'est juste un aspect de la maîtrise du souffle. Le système d'étirement du Systema diffère aussi de l'approche asiatique. En moins de deux heures, je peux prendre une personne complètement inflexible et lui faire accomplir des étirements qui lui semblerait incroyables. Le principal est du à la respiration. Lorsque vous êtes confronté à la douleur, continuez à vous concentrer sur la respiration. Cela suffira à repousser loin de votre conscience la plus grande partie de la douleur.

Lorsque vous travaillez les étirements avec un partenaire, celui-ci doit être expérimenté et soucieux d'améliorer votre mobilité. Soyez attentif au fait que vous pouvez vous blessez si vous ou votre partenaire ne pratiquez pas les bons étirements. Alors que vos membres ou votre corps sont poussés au delà des limites que vous imaginez, exécutez une pulsation avec vos muscles et votre souffle. Pendant que vous inspirez lentement et bruyamment, tendez légèrement vos muscles ; et relâchez-les à l'expiration. Votre respiration doit être profonde, contrôlée et suffisamment audible pour que votre partenaire puisse doser l'intensité de l'étirement. Lorsque vous atteignez un palier de douleur dans les étirements, le combat ou la vie qui semble trop important, changez simplement votre respiration pendant un court moment en un halètement rapide (un peu comme les chiens). Ceci permet à votre corps et votre esprit de traverser la brève période de douleur puis reprenez les longues respirations contrôlées. Ainsi vous mettez en échec la douleur par la discipline du souffle.

Au Systema, nous nous entraînons toujours sur le sol dur y compris pour le travail au sol. Mais le sol nous semble très moelleux. C'est parce que nous avons appris à respirer et à relaxer nos corps par la respiration lorsque nous roulons ou que nous sommes projetés. Une fois de plus, si vous résistez à la force de l'impact avec votre souffle votre corps devient rigide ce qui vous blessera lors du contact avec le sol. Lorsque vous vous entraînez au combat, vous devez être conscient qu'il n'y aura pas de Tatami pour amortir votre chute.

En conclusion, peu importe la façon dont vous vous entraînez, souvenez vous que l'essence de la vie c'est la respiration. Plus vous lui accorderez d’importance et plus vous la contrôlerez, plus votre vie sera longue et profitable quelques soient les situations rencontrées.

Propos retranscris et compilé par John Giduck
Traduction Olivier David


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 21:30

Bien s’entrainer au Systema par V.Vasiliev


Un être humain est un système complet c’est pourquoi votre approche de l’entraînement au Systema doit être un système complet et cohérent.

Vos objectifs doivent être les suivants :
- Faire de l’entraînement de Systema un processus graduel qui va rétablir et renforcer votre santé.
- Développer vos compétences en vous appuyant sur vos réserves physiques et psychologiques.
- Aider votre partenaire de Systema à améliorer sa santé et ses compétences pour vous permettre de progresser encore plus vite.

Au Systema, votre entraînement doit donc s’articuler autour des principes suivants :

1. « Ne pas blesser » est une règle fondamentale.
Vous devez vous assurer de ne blesser pas votre partenaire, physiquement ou psychologiquement. Au Systema, les choses sont relativement simples : tout ce qui détruit est mauvais, tout ce qui renforce et améliore est correct. Par exemple, avec une respiration correcte, vous nous améliorez la santé de votre cœur, votre circulation sanguine, votre système nerveux, vous renforçez votre psyché afin de devenir calme et efficace.

2. Utilisez la respiration comme la fondation de tout ce que vous faites.
Assurez-vous que vous et vos partenaires continuez à respirer quoiqu’il arrive. Cela vous permettra de vous relaxer et de restaurer votre santé et votre équilibre mental. Tous les pratiquants de Systema un peu expérimentés savent que la respiration est le meilleur moyen de maintenir un mouvement fluide et continu et que retenir votre souffle interrompt votre mouvement. Si votre votre mouvement s’est arrêté, c’est une respiration continue qui vous permettra de le reprendre. Le rythme cardiaque idéal pour travailler est de 60 battements par minute. Si vous arrivez à maintenir ce rythme et à le retrouver à la fin de chaque exercice, la fatigue se manifestera d’autant plus tard. Dés que vous augmentez votre rythme cardiaque, votre pression artérielle ou votre température, vous devez le ramener à la normale grâce à une respiration et un mouvement corrects.

3. Maintenez une position naturelle du corps dans tous vos déplacements.
Au Systema, un dos droit et une bonne posture vous permettent de rester relax et équilibré psychologiquement. Cela aide votre cœur, vos poumons et votre système nerveux à fonctionner efficacement. Un corps aligné correctement permet des mouvements fluides, calmes et naturels. La vigilance, l’attention, la sensibilité, le temps de réaction, le potentiel d’action sont maximisés et les risques de blessures sont réduites. Regardez le lion : sa démarche fluide et souple dissimule pourtant une puissance, une concentration et une capacité à agir instantanément et à se déplacer dans n’importe quelle direction.
De plus, quitter la position naturelle et droite rend l’absorption des coups plus difficile car votre adversaire sentira instinctivement un point de déviation qui est votre point vulnérable et il vous attaquera inévitablement à cet endroit.

4. Travaillez dans une flexibilité musculaire et psychologique.
Au Systema, votre attention doit être portée à la fluidité des mouvements et à leur continuité ainsi qu’à votre état d’esprit. Ces principes généraux sont constamment en lien les uns avec les autres. Gardez à l’esprit que le Systema n’est pas un processus mécanique mais dynamique : on ne peut pas le découper en catégories ou en techniques à mémoriser. Au Systema, le processus d’apprentissage n’est pas technique mais intuitif. Apprendre une technique est quelque chose de relativement simple : vous la décomposez, vous l’apprenez petit à petit et avec un peu de pratique, vous l’assimilez rapidement. Au Systema, l’approche est radicalement différente : vous devez apprendre à vous connaître vous-même ce qui signifie que vous devez toujours être attentif à ce qui interfère avec votre calme, votre neutralité et la continuité de vos mouvements.

5. Travaillez lentement.
Les exercices lents associés à la respiration sont extrêmement bénéfiques pour les tendons et le développement d’un corps solide et élastique. Ils permettent d’éliminer l’acide lactique. Ils permettent également un travail unique sur les fascias (i.e. la chaîne ininterrompue qui enveloppe chaque muscle, chaque cellule musculaire, et relient les muscles les uns aux autres) ce qui favorise à la fois l’endurance et la capacité à fournir des efforts explosifs. Le système nerveux se renforce et s’équilibre car il n’est pas soumis au stress.

6. Apprenez à marcher.
Quand vous vous entraînez au Systema, vous devez d’abord construire des fondations et celles-ci doivent inclure la marche normale. Tant de gens, en dépit de leur expérience ne savent pas marcher, 90% ne sont pas capables de marcher en arrière. La tension créée une charge excessive sur les articulations des jambes et du dos et nuit aux mouvements notamment en combat. Marcher en arrière est essentiel pour réagir aux coups, aux attaques au couteau, se déplacer dans une foule et beaucoup d’autres situations. Faîtes attention à vos déplacements aussi bien en avant qu’en arrière. Combinez plusieurs types de marche avec différentes manières de respirer. Vous constaterez rapidement que certaines combinaisons sont plus efficaces que d’autres.

7. Pratiquez les frappes de façon graduelle
Concernant les frappes au Systema, commencez avec le placement des mains suivi des poussées en combinant le contact avec la respiration, puis augmentez l’impact petit à petit. De cette manière, vous éviterez de vous tendre et vous blesser les mains en frappant. En progressant de cette façon, vous saurez où frapper : sur les zones de tensions et de blocages chez votre partenaire. Il pourra lui aussi prendre conscience de ces zones et grâce à la respiration et au mouvement, il se soignera de vieilles blessures et se débarrassera des peurs emprisonnées dans son corps.

8. Soyez attentif à vos émotions.
Les émotions incontrôlées (fierté, vanité, impatience, agacement, irritation, rancune, orgueil, découragement,...) entravent l’efficacité de votre travail. Elles s’insinuent de manière subtile, captent votre énergie par les tensions qu’elles induisent en vous, modifient vos perceptions, prennent le dessus et finissent par vous affaiblir. Votre capacité à juger clairement les choses et à prendre des décisions rapides s’altèrent et vous devenez facile à contrôler et à manipuler. Les conséquences sur votre entraînement et plus largement sur votre vie peuvent se révéler désastreuses. Pour éviter cela, restez vigilant. La première étape consiste à prendre conscience de vos faiblesses, de les accepter et de les comprendre. La deuxième étape est de les éliminer de votre entraînement puis de votre vie. Cela se fait par la respiration, les déplacements, des exercices lents ainsi qu’un changement d’attitude. La découverte de soi-même et le self-control constituent un travail difficile mais réellement gratifiant. Souvenez vous que le but de l’entraînement n’est pas d’apprendre des mouvements rapides ou apparemment complexes mais d’apprendre à contrôler votre propre irritation, vos peurs, votre colère et ne pas vous apitoyer sur votre sort. C’est ainsi que vous progresserez dans votre niveau de compétence.

9. Soyez responsable de votre entraînement.
En étudiant le Systema, vous devez réaliser que vous ne venez pas vous entraîner avec un instructeur, Personne n’est parfait et vous devez être indépendant. Le Systema, connu aussi sous le nom de « Connais-toi toi-même », est si riche, si varié et si profond que les opportunités d’apprendre sont grandes en travaillant seulement sur vous-même. Certes, vous avez besoin de partenaires d’entraînement et il est bon d’avoir un professeur et du matériel de référence mais au bout du compte, les résultats que vous obtenez dépendent de vous. L’instructeur, vos partenaires d’entraînement et les DVDs que vous regardez sont des moyens pour mieux vous comprendre mais le savoir que vous obtenez au travers d’un travail sérieux sur vous-mêmes est concret et gratifiant et ça, personne ne peut vous l’enlever.
En résumé, essayez d’avoir une vision globale de votre entraînement : dés votre arrivée au cours, partez sur de bonnes bases (posture, équilibre, respiration et mouvement), pratiquez chaque exercice avec une progression adaptée, restaurez votre santé et aidez vos partenaires à chaque étape de votre progression.
En vous entraînant correctement, vous obtiendrez un sentiment de joie à la fois conscient et inconscient. Toutes les personnes que je connais qui se sont entraînées sérieusement au Systema sont devenues plus heureuses et en meilleure santé.

Traduit par Alexandre Jeannette


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 21:39

Progresser au Systema par J.M.Frécon


Changez de mentalité
Beaucoup de pratiquants souhaitent progresser, habités par ce désir humain de devenir meilleur. Le but ultime du Systema n’est pas de devenir le meilleur mais d’être libre : libre dans son corps, sa tête et son cœur. Libéré de ses tensions, de ses émotions négatives, de ses peurs pour pouvoir libérer son potentiel, sa créativité et devenir pleinement soi-même. Au Systema, on ne progresse pas, on se déploie comme la graine qui devient plante puis arbre et finit par donner des fruits. Arrosez la graine au lieu de chercher à fabriquer des fruits qui ne sont pas les votre. Vous êtes unique. Abandonnez donc toute velléité de comparaison et de performance. La volonté, le perfectionnisme, le « vouloir bien faire » sont des freins. Cherchez d’abord à vous connaître pour mieux vous accepter.

Cherchez la sensation
Toute projection, toute anticipation, toute prévision vous fait quitter le moment présent, vous projette dans le mental et vous retire toute capacité d’improvisation. Cherchez d’abord la sensation en accueillant ce qui vient. Respirez, bougez, donnez vous le droit à l’erreur et la solution viendra à vous. La pensée rationnelle se base sur des expériences déjà connues, en tire des conclusions rationnelles et bloque votre créativité.

Travailler à vitesse réduite
Les bénéfices du travail à vitesse réduite sont nombreux :
- une facilité à vous relâcher,
- une créativité décuplée,
- une plus grande précision,
- une autoévaluation salutaire pour la progression,
- le développement de la confiance lié au succès des mouvements,
- la conscience de vos mouvements, de ceux de votre partenaire et de leur impact.
La vitesse juste est celle qui permet à chacun des partenaires de travailler dans le confort, la fluidité et la détente. Commencez toujours par un travail en slow motion, comme dans un film au ralenti.

Amusez-vous
Amusez-vous, jouez, retrouvez votre côté enfant. Le jeu permet de s’ancrer dans le moment présent, de prendre du plaisir, de ne pas se prendre au sérieux, de passer du bon temps, de se détendre, d’être réceptif. En vous amusant, vous lâchez vos défenses et tout votre être devient comme une éponge et assimile les gestes et les mouvements qui fonctionnent. L’apprentissage se fait ainsi sans effort et s’ancre en vous dans le positif.

Soyez bienveillant
Considérez l’autre comme un partenaire plutôt qu’un adversaire, un guide qui vous aide à mieux vous connaître, un ami qui vous confie son corps pour que vous expérimentiez les principes de biomécanique. La bienveillance permet aux partenaires de se sentir en confiance, d’être plus généreux et donc de recevoir davantage. Echangez avec lui, encouragez le, partagez lui ce que vous ressentez, dites lui ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, Soyez indulgent sans être complaisant afin de ne pas quitter le côté réaliste pour entrer dans le fantasme.

Entrainez vous seul
Intégrez dans votre vie quotidienne le travail personnel de 3 axes :
- la marche afghane pour développer votre respiration,
- le renforcement des muscles, des tendons et des articulations par un travail isométrique dynamique (mouvements très lents)
- des exercices de contracté/relâché qui développent la conscience de votre corps et la détente.

Remettez-vous en question
La remise en question est la clé de la progression. Soyez curieux. Soyez à l’écoute. Soyez toujours prêt à élargir votre point de vue, à découvrir, à accueillir, à apprendre de nouvelles choses de l’entrainement, de la vie et des autres. Soyez ouvert à l’imprévu comme source de créativité. Acceptez les obstacles comme hormone de croissance.



Dernière édition par самурай le Lun 22 Avr 2013, 21:57, édité 1 fois


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 21:43

suite



Gérer les coups par V. Vasiliev


Aussi doué soit il, un combattant est parfois touché. Il y a certains coups que vous ne pouvez voir venir. Les plus plaisants arrivent par derrière, sans prévenir ; d’autres sont plus puissants que vous ne les imaginez, comme avec un objet ou une arme.
Dans mon expérience des arts martiaux, les combattants essayent d’éviter les coups et de frapper les premiers en apprenant à esquiver et à bloquer. Ils expliquent rarement comment gérer le coup que vous venez de prendre. Une des approches est de supporter la douleur, d’endurcir délibérément son corps et d’en renforcer certaines parties. En dehors de l’aspect destructeur de ces pratiques, leur utilité se limite aux coups visibles que l’on anticipe. Que se passe-t-il si vous n’avez pas vu le coup arriver ou si vous étiez en mouvement ? Vous avez alors besoin d’un autre type de relaxation musculaire.
un coup de poing inattendu peut provoquer chez un pratiquant d’arts martiaux expérimenté un état de désorientation, de choc, de panique, de ressentiment et d’émotions contre-productives. Personne n’est capable d’éviter tous les coups dans un exercice de mass attack ou une mêlée. Vous pouvez le vérifier par vous même avec un groupe de dix combattants ou plus.
Un coup de poing représente une blessure potentielle et le seul moyen efficace de minimiser ou d’empêcher la destruction causée par une frappe ou un stress physique, c’est la respiration. Avec une respiration correcte, il est extrêmement difficile d’être blessé et même en cas de traumatisme, les dégâts sont bien moindres qu’ils ne l’auraient été autrement. La respiration est votre ressource physique la plus intéressante, la plus utile et la plus étendue. Pour vous améliorer, vous devez l’incorporer dans votre entraînement et votre vie.
Un coup est une force soudaine, un impact, une pression interne accrue, un transfert de tension d’une personne à une autre. Cette tension ne vient pas seulement de l’impact physique mais également de l’aspect psychologique lié à notre perception de la menace et de la douleur. Dans cercle vicieux, la peur entraîne la tension, celle-ci renforce la peur, etc… C’est là que la respiration intervient pour briser ce cycle infernal. Si vous êtes frappé à l’estomac et que vous respirez correctement, l’impact physique du coup est dissipé, il n’y a pas de tension à cet endroit. Il n’y a aucun flux sanguin excessif et donc peu ou pas de marques. La respiration vous permet d’expirer littéralement les sentiments de peur et d’apitoiement.




Comment absorber les coups par V. Vasiliev


Poussée et expiration
Apprendre à absorber les coups est un entraînement progressif. Afin de réduire graduellement la peur, ne frappez pas tout de suite, commencez par des poussées. Si vous êtes la personne qui reçoit les poussées, tenez vous confortablement, le dos droit. Ouvrez légèrement votre bouche pour pouvoir expirer simplement par la bouche. Votre partenaire place son poing sur la partie supérieure de votre estomac et applique ensuite des poussées régulières sans perdre le contact avec votre abdomen. Expirez par la bouche à chaque pression. Lorsque vous parvenez à accorder vos expirations à la pression, essayez de sentir l’inverse : fermez votre bouche à chaque pression. Vous allez rapidement réaliser l’inefficacité de cette façon de faire. La pression ne peut plus être évacuée et vous sentirez croître en vous un sentiment d’inconfort.
Autre test simple : fermez votre bouche pendant que vous êtes debout sans rien faire d’autre. Vous sentez votre tension augmenter. Si vous êtes déjà tendu, les poussées augmentent cette tension, les coups l’accentuent et être frappé avec un objet ou une arme la rendent encore plus forte. C’est justement ce que nous voulons éviter car la tension non dissipée conduit à la destruction. L’impact d’un coup dans un espace déjà tendu possède un pouvoir cumulatif. il traverse les couches musculaires superficielles et amène l’impact jusqu’aux organes et à la structure interne qu’il détruit.

Les premiers coups de poing
Développer votre pratique sur des fondations solides. Continuer à travailler sur la phase d’expiration de votre cycle respiratoire. Recevez des coups de poings légers sur différentes parties du corps : épaules, bras, haut du dos. Votre partenaire peut se déplacer autour de vous en continuant à vous frapper. Cet exercice vous aidera à contrôler votre tension à plusieurs endroits dans votre corps. Le but est d’avoir une expiration instinctive au moindre contact.

La respiration qui permet d’absorber
Une fois cet automatisme contact-expiration acquis, passez aux vrais coups de poing. Préparez-vous par des inspirations et des expirations courtes et rapides afin d’empêcher la peur de se développer. Ce type de respiration dynamique interrompt le processus de peur et vous permet de garder le contrôle tout en donnant à vos muscles l’oxygène nécessaire qui correspond à l’activité physique de votre partenaire. Au Systema, nous appelons cette respiration rapide, la respiration explosive. Elle est utilisée durant les exercices d’endurance et en combat. Plus les coups provoquent inconfort et douleur, plus votre respiration doit devenir explosive pour empêcher la douleur de pénétrer. La respiration explosive empêche également les sentiments destructeurs tels que l’atermoiement, la colère et la rancune d’apparaître en vous. En russe, cette respiration explosive est également appelée "respiration qui sauve".
Si vous prenez une longue expiration lorsque vous êtes frappé, vous êtes obligé de prendre une grande inspiration et vous ramenez en vous la peur et toutes les autres émotions. En ne respirant qu’avec la partie supérieure de vos poumons, les muscles de votre estomac restent légèrement contractés et toniques même après un coup de poing et le coup reste en surface. Ce type de respiration vous permet d’encaisser une série de coups tout en restant mobile lors du combat.
Lorsque vous vous entraînez à absorber les coups, assurez-vous que vous êtes dans une position naturelle, le dos droit, à une distance confortable de votre partenaire. Au moment où son poing touche votre estomac, expirez rapidement par la bouche, puis prenez immédiatement une inspiration légère par le nez, la bouche fermée, prêt à répéter l’expiration au prochain contact.
Il est important de voir le coup arriver pour savoir à quel moment expirer. Avec plus d’expérience vous serez capable de saisir le bon moment, même les yeux fermés. Gardez à l’esprit que la perception de la douleur est différente selon que les yeux sont ouverts ou fermés.
Si vous vous concentrez sur la douleur et d’autres sensations physiques, vous êtes trop absorbé par cela, vous perdez le contrôle de votre environnement et devenez désorienté. Pendant l’entraînement, regardez votre partenaire, gardez le contact visuel avec lui sans vous focaliser sur lui mais en utilisant votre vision périphérique. Une respiration explosive vous aidera à récupérer votre vigilance beaucoup plus vite.

Comment frapper
Les coups peuvent être de plus en plus forts, mais ils doivent s’accorder au niveau de votre au partenaire. Le but principal est d’apprendre à respirer pour celui qui absorbe. Lorsque vous êtes en train de le frapper, assurez-vous que vos frappes ne créent aucune tension chez lui. Assurez-vous que votre partenaire est prêt avant de le frapper. Vérifiez qu’il a totalement récupéré de votre coup.. Son visage, sa position et sa respiration vous indiqueront s’il est prêt à continuer.
Il est très important de progresser graduellement, en préparant votre corps et en vous préparant psychologiquement. Au Systema, on dit que celui qui frappe transfère son état émotionnel à son partenaire. Mieux on frappe, plus ce transfert devient facile. Nous oublions parfois que nous ne pouvons pas être les plus forts ; ce désir nous rend faible. L’instructeur idéal est une personne calme et équilibrée, sans ego. Recevoir ses frappes doit être sans danger.

Traduit par Alexandre Jeannette


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 22:17

Gérer une agression par Konstantin Komarov



Qu’est ce que le Systema ?
Il est difficile de décrire le Systema car c’est quelque chose qui enveloppe l’ensemble de la personne. Le Systema c’est la liberté personnelle : la liberté du corps, la liberté de l’esprit et la liberté de l’âme parce que pour réussir au Systema, il faut se libérer du superflu pour ne garder que l’essentiel.

Quels sont les principes de base du Systema ?
Il y en a beaucoup. Ne pas résister. La continuité. L’absence d’attaque, uniquement la défense. L’absence de tension. Une totale relaxation. La continuité dans la respiration. Le calme interne. Le contrôle des émotions,... On pourrait continuer à en énumérer pendant des heures…

Que faire en cas d’agression ?
L’agression, c’est la peur donc si quelqu’un vous agresse, c’est qu’il y a de la peur dans son âme.
Ce qu’attend l’agresseur, c’est que vous répondiez à son agression par l’agression ou que vous partiez en courant sans résister. En cas d’agression, vous devez donc garder votre calme intérieur parce que les gens sont connectés entre eux comme des satellites. Dès qu’une personne remplie d’émotions et d’agressivité en aborde une autre, elle lui transmet sa tension, son agressivité et ses émotions. Si les sentiments agressifs sont forts, les émotions telles que la peur ou l’agressivité vont se refléter chez la personne agressée comme dans un miroir. Le seul moyen de réagir à l’agression est donc de laisser l’énergie vous traverser sans la retenir.

Comment réagir ?
Le plus important, c’est l’observation. Restez calme et soyez dans l’observation. Si l’agresseur vous agresse physiquement, vous devez le stopper immédiatement. C’est comme un enfant qui fait des bêtises. Il ne cherche pas à nuire, il est simplement petit et ne comprend pas. Que faites vous ? Vous arrêtez sa mauvaise conduite puis vous le punissez. Si vous avez à faire à une personne agressive adulte, considérez son comportement de la même façon que la mauvaise conduite d’un enfant. Si l’agression est physique, répondez à cette agression au moment où la distance prédéterminée par vous est franchie par l’agresseur ; ni avant, ni après.

Quelle est la psychologie de l’agresseur au moment de la riposte ?
Elle dépend de deux choses : Qui est l’agresseur ? Quelle est votre réponse ? Il existe une loi qui est la loi de mesure de l’agression. Votre riposte doit être juste et legerement plus importante que l’agression. Si votre réponse est moindre, vous n’obtiendrez pas l’effet voulu sur la psychologie de l’agresseur. Si vous répondez trop fort, il prendra ça comme une insulte et va de nouveau vous agresser pour équilibrer la situation. La mesure et le moment de votre réponse sont donc très importants. Si par exemple une personne me menace, elle s’attend à ce qu’il se passe quelque chose. Si ma réponse est courte et sans émotions, l’agresseur vit une impression de choc et n’a pas le temps d’interpréter ma riposte par des émotions quelconques. La vitesse et la nature de la réponse sont donc essentielles.

Si l’agression est verbale, que faire ?
Si vous ne voulez pas neutraliser l’agresseur, posez vous la question : « En quoi les paroles de cette personne me touchent ? Qu’y a t-il d’insultant pour moi dans cette situation ? »
Chaque société vit selon des règles en place depuis des générations. On ne les suit pas forcément, mais tout le monde les connaît. Il y a des situations ou des conditions dans lesquelles il est difficile de faire entendre ces règles à une personne agitée. Lorsque ce n’est pas possible, on utilise la force mais la meilleure façon de contrôler la situation, c’est de changer l’état d’esprit des gens présents en parlant ou en faisant des expressions qui vont entraîner le rejet de cette personne par le reste du groupe.

De quelle façon ?
Imaginons que nous sommes plusieurs et que vous m’insultiez. Il m’est possible d’engager mes voisins en les prenant à partie contre vous car vous interrompez leur conversation. Ainsi, tout le monde va penser que vous êtes persona non grata. Il y a mille manières de contrôler la situation mais le principe de base sera toujours le même : rester froid et calme. Dès que vos émotions sont engagées, votre calme interne disparaît et l’objectif de votre agresseur est atteint.


Comment réagir lorsque l’on est témoin d’une agression ?
Lorsque je vois une personne se faire agresser et que j’ai la certitude que cette personne ne veut pas être engagée dans cette situation, je m’approche de cette personne, je lui parle pour lui tendre une main imaginaire. Si elle prend cette main (imaginaire bien sûr) ou si elle me signale qu’elle veut la prendre, alors je m’engage. Si la victime est une femme par exemple, vous pouvez demander à l’agresseur : « Qu’est-ce que tu fais avec ma sœur ? » ou « Pourquoi tu touches ma sœur ? ». Si la femme veut prendre la « bouée de sauvetage », elle va dire « Oui, je suis sa sœur ».

Comment surmonter mon stress lorsque je viens en aide à une personne agressée ?
La première chose, c’est la décision d’intervenir. Cette décision doit être prise avant de s’engager dans la situation. Si vous avez des doutes, il vous faut les résoudre avant de vous engager. Lorsque vous n’avez plus de doutes et que vous avez pris votre décision, approchez-vous de la zone du conflit pour stopper la situation. Lorsque vous pénétrez dans cette zone, la plupart du temps, l’un des deux protagonistes va vous agresser parce que vous êtes rentré dans cette zone. En agissant ainsi, vous vous êtes engagé et l’une des deux personnes va vous montrer ses émotions ; soit l’agresseur en vous demandant ce que vous voulez, soit la victime en vous demandant de l’aide ou en se retournant contre vous. A ce moment-là, réagissez en fonction de la situation.

Et si vous êtes agressé par plusieurs personnes ?
Je ne suis pas un héros. Dans une situation difficile comme ça, s’il n’y a aucune nécessité à m’engager dans la situation, je n'ai pas honte, je m’en vais en courant. Par contre, si je dois défendre une femme ou un ami, si je dois accomplir une mission, alors je cherche une arme, un bâton, un couteau, une fourchette, n’importe quoi et je me défends.

Interview : Jean-Marie Frécon - Benoît Caire



Konstantin Kamarov
Major de l'école du KGB
Reconnaissance militaire
Docteur en psychologie du combat
Garde du corps professionnel pour les hautes personnalités à Moscou.



__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 22:20

Conseils Systema par Komarov, Ryabko, Vasiliev


Konstantin Komarov
- Le systema n’est pas composé de mouvements répétitifs mais de mouvements rationnels non prédictifs qui viennent d’un corps unifié et plein.
- Au Systema, la bonne attitude mentale s’obtient lorsque le corps est épuisé. Avec l’entraînement, cet état intérieur peut se retrouver sans l’épuisement. C’est accueillir les événements comme un observateur à la terrasse d’un café.
- Même après des années de travail, les yeux ne perçoivent pas le plus important.
- La volonté de gagner augmente nos tensions.
- Le mauvais partenaire n’existe pas, de même qu’il n’existe pas de mauvaises personnes. Ce qui existe ce sont nos propres limites. La mission du partenaire est de nous les révéler.
- Les zones de tensions sont les zones de fragilité sur lesquelles la frappe aura le plus d’efficacité.
- Pour absorber les coups, l’élasticité est le compromis offrant un maximum de protection.
- La trajectoire qui demande le minimum d’effort musculaire n’est pas forcément la ligne droite.
- La relaxation optimale est un compromis entre la relaxation extrême et l’extrême tension.
- Compter à haute voix durant un mouvement (une roulade) permet de détecter les tensions qui apparaissent dans ce mouvement.
- La peur est comme une avalanche qui progresse en augmentant. La stopper à son démarrage est facile mais quand elle est lancée, c’est impossible.
- Lorsque la peur vient soudainement, c’est l’opportunité de s’explorer soi-même et cela permet d’évaluer comment vient notre stress. On peut ainsi voir comment le surpasser et le contrôler.
- Ne pas chercher à retenir des techniques et des mouvements mais des sensations et le sentiment du travail bien fait.
- Pas d’actions préméditées mais des sensations correctes : sensation de confort pour soi et d’inconfort pour l’autre. L’unité et la plénitude sont le secret.
- Le mental est attiré par les détails. Ne cherchez pas à analyser. Chercher à travailler dans la globalité et non dans les détails.
- L’apnée procure un stress qui vient révéler nos limites émotionnelles. La respiration explosive nous permet de nous en libérer et de gagner en liberté.


Mikhail Ryabko
- Les bons mouvements sont source de joie.
- Allez lentement et avec douceur. Lorsque l’on se sent confortable, on peut accélérer.
- C’est en vous aidant les uns les autres que vous progresserez et non en essayant de gagner.
- La communication avec la nature vous permet de vous retrouver avec vous-mêmes. La dépression arrive lorsque l’on perd ce contact.
- Il ne faut rien montrer de nos intentions afin que l’autre ne sente rien.
- Pour détruire la structure du partenaire, il faut le faire au bon moment, sans prévenir, en soufflant, dans un mouvement sans tension qui épouse la forme du corps au moment de son changement d’appui.
- L’attente d’un coup est parfois plus effrayante que le coup lui-même.
- La précision est la clé.
- Les mains ne sont pas là pour prendre mais pour donner.
- L’instructeur est responsable de ses élèves. Celui qui casse ses élèves n’est pas un coach, c’est un combattant.
- Les mouvements servent à découvrir les principes qui se cachent derrière et être dans le flux.
- La douleur permet d’expérimenter le souffle, comment être libre avec la douleur.
- Lorsque votre partenaire vous met dans une position inconfortable, changer son mouvement, retrouver votre confort, mettez le dans l’inconfort puis travaillez en poussant sur le bon point de tension.
- C’est en expérimentant que l’on progresse.

Vladimir Vasiliev
- Je ne suis pas souple, je suis libre.
- Je ne m’entraîne pas, je joue.
- Travaillez avec douceur comme avec un enfant.
- Vous devez être capable de vous battre aussi longtemps que si vous marchiez.


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Le Systema le Lun 22 Avr 2013, 22:22

à suivre Idea


__________________________________________________
------
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum